La Génétique

 

 

Certains éleveurs sélectionnent sur le phénotype, c'est-à-dire qu’ils voient un étalon qui leur plait et s’empressent de lui faire saillir leur chienne sans s’occuper de la généalogie, de la compatibilité des deux partenaires, croyant ainsi que par l’opération du Saint  Esprit les chiots vont hériter des qualités du père et effaceront les défauts de la mère!

 

C’est rarement le cas, ça serait trop facile !

 

D’une part il faut être à deux pour faire les chiots (à n’en pas douter les chiots hériteront également de la mère), d’autre part on risque de mettre à jour des défauts insoupçonnés !

 

D’autres essaient de faire reproduire des partenaires présentant des défauts inverses !

 

C’est encore pire, une partie des chiots héritera probablement des défauts du père, l’autre probablement des défauts de la mère !

 

La seule bonne démarche est de collationner le maximum de renseignements sur les deux parents :

·       Les qualités et défauts de leurs parents

·       Les qualités et défauts de leurs frères et sœurs

·       Les qualités et défauts des frères et sœurs

·       Etc…

 

Plus on en connaîtra sur la famille, plus les résultats du mariage seront prévisibles !

 

(Prévisibles mais pas certains, rien n’est certain en élevage, les lois de l’hérédité sont extrêmement complexes à cause du nombre de gènes mis en œuvre (un individu est composé de plusieurs milliards de gènes hérités, au hasard, de ses parents) et ne se vérifient que pour les grands nombres !)

 

On travaillera alors non plus sur des individus, mais sur des lignées, on y détectera les points forts et les points faibles des familles des chiens qu’on veut utiliser, on détectera les compatibilités (ou incompatibilités) d’une manière beaucoup plus précise qu’en se fiant à un individu unique, car un individu peut être une exception dans une portée et ne pas transmettre ce qu’on souhaite !

 

Si on suit cette démarche on fait appel à la génétique !

 

Donc on ne peut pas parler de véritable sélection canine sans parler de génétique.

 

C’est elle qui explique les mécanismes de transmission de l’hérédité (à ce sujet

vous pouvez consulter le chapitre « Transmission » qui parle de la transmission des tares, mais les qualités se transmettent de la même manière).

 

One ne peut pas parler de génétique sans dire quelques mots sur la consanguinité !

 

C’est par elle qu’on a créé et stabilisé les races de chiens, c’est par elle qu’on est passé du loup au chien.

 

Il faut que cette consanguinité soit bien réfléchie et non faite par facilité sans avoir en vue l’intérêt pour la race, car c’est une arme à double tranchant : en fixant les caractères désirables on  fixe également les caractères indésirables, en particulier les tares génétiques, mais en aucun cas elle ne les crée!

 

La consanguinité devra donc être faite entre individus aussi sains que la science du moment permet de tester.