La Sélection en élevage

 

 

L’idéal serait de produire des animaux sans aucune tare, conformes au standard, en un mot des animaux parfaits !

 

Hélas la perfection n’est pas de ce monde !

Chez tout être vivant au moins dix gènes sont défectueux, on va donc devoir composer avec l’existant et déterminer  quelles sont les tares les moins graves qu’on va être forcés de tolérer dans l’élevage.

Le principal c’est de produire des animaux en bonne santé et non des animaux parfaits puisqu’on y arrivera pas !

 

Pour ceux qui ont besoin de petits rappels en génétique vous pouvez cliquer sur les pavés  « Génétique », « Notions » et « Transmission"

Le mieux est l’ennemi du bien !

 

Les tares héréditaires existantes dans le Staffie sont nombreuses et plus ou moins handicapantes. (pour voir les principales cliquez le pavé « Mal.Génétiques »  dans « Santé »

 

Prémices :

 

Une tare génétique est présente environ  dans 15% des sujets dans une population laissée à elle-même (tiré d’un bouquin de génétique quantitative dont je ne me souviens plus du titre).

 

Si l’homme intervient, il peut accroître ou abaisser cette proportion.

 

Bien souvent au cours de sa sélection il accentue l’occurrence de certaines tares au nom de l’aspect qui constitue la part essentielle du standard !

 

Par exemple, le Beauceron est à plus de 90% affecté de doubles ergots puisque le sacro-saint standard l’oblige !

 

Par contre cette particularité a été pratiquement éliminée dans la plupart des races puisque le standard ne le permet pas !

 

En alourdissant certaines races, l’homme a encouragé la dysplasie et en sélectionnant sur un poil ras associé à une peau grasse, il a encouragé les maladies de peau (démodécie essentiellement).

 

C’est relativement facile de sélectionner sur l’aspect physique où le « défaut » est très apparent, mais ça l’est beaucoup moins quand celui-ci est caché et qu’il faut avoir recours à une recherche scientifique.

 

Dans le Staffie, race qui nous intéresse ici, il y a bien sûr un tas de tares cachées sur lesquelles un éleveur consciencieux devra agir !

 

Les défauts les plus communs :

 

Démodécie : touche plus de 40 % des individus, mode de transmission largement méconnu, aucun test génétique ne signale les porteurs sains !

Si on écoutait les Américains il faudrait retirer tous les chiens atteints de la reproduction !

Mais cette maladie est en général bénigne.

 

Dysplasie : plus de 17 % des individus touchés si on en croit les études Américaines, mode de transmission largement méconnu, aucun test génétique ne signale les porteurs sains !

 

Luxation de la rotule : occurrence inconnue, mais semble relativement fréquente chez le Staffie, cette maladie ne serait QUE partiellement d’origine génétique, aucun test génétique ne signale les porteurs sains (donc si on accepte les prémices il y aurait environ 15 % de chiens atteints)

 

Problèmes cardiaques : occurrence inconnue, mais en progression due à l’alourdissement de la race, pas de tests génétiques connus pour déterminer les porteurs sains, encore 15 %...

 

Problèmes de dents : courants chez le Staffie, dus à ses ancêtres Bull Dogs, mode de transmission inconnu, pas de test génétiques, ce problème passe quelquefois d’un problème esthétique à un handicap, quand les crocs blessent le palais (30 % pour l’ensemble dont 5 à 10 % environ pour le handicap) .

Pas de tests génétiques connus pour déterminer les porteurs, mode de transmission inconnu.

 

Monorchidie/ cryptorchidie : environ 5 %., pas de tests génétiques connus, mode de transmission inconnu

 

Les Allemands ont essayé d’éliminer toute la généalogie chez le Boxer pour supprimer cette tare, de nos jours il y a toujours la même proportion de monorchides/cryptorchides dans la race !

Cette tare enlève le droit de reproduction aux sujets atteints.

 

Chiens ayant de graves déviations par rapport au standard 30 à 40% (si on élève sur eux la race va dégénérer physiquement en quelques années) !

 

Porteurs de couleurs à risques et couleurs indésirables 30 à 40 %  pas de tests, conséquences réduites pour la santé des chiens.

 

Porteurs L-2-HGA, porteurs HC assez répandus dans la race, tests fiables, mode de transmission bien connu, permettant de ne pas produire de chiens malades si on fait un test systématique.

 

Comment mener une politique de sélection dans ces conditions ?

 

Vouloir élever en éliminant toutes les tares est complètement illusoire et conduirait à une extinction rapide de la race, le pool génétique n’est pas assez large même pour éliminer complètement les tares les plus graves !

 

La toute première préoccupation de l’éleveur de chiens de race est le standard, il est totalement irremplaçable !

 

Sinon à quoi ça sert de vouloir élever du chien de race, si, sous prétexte de vouloir éviter les tares de la race, on s’éloigne tellement du standard que les chiens produits n’y ressemblant plus du tout !

Il va donc falloir composer avec les tares, se renseigner au maximum et avoir recours à la science pour élever !

 

En cela, comme en tout autre domaine dans la reproduction, il faut agir avec beaucoup de précautions et s’abstenir si on ne maîtrise pas parfaitement le sujet !

 

La reproduction n’est en aucun cas une affaire de débutant , c’est un acte grave qui nécessite de nombreuses connaissances !

 

Que penser de la reproduction des porteurs sains (carriers) des maladies génétiques pour lesquelles il existe un test ?

 

 Le pool génétique étant actuellement assez réduit, il vaut mieux maîtriser les tares génétiques pour les éliminer en douceur plutôt que de vouloir les éradiquer brutalement, on risque alors d’éradiquer la race !

 

Le pire à faire concernant les tares génétiques c’est la reproduction à l’aveugle, ce n’est pas parce que les chiens ne sont pas testés qu’ils ne sont pas porteurs, loin de là, et c’est ainsi qu’on risque d’obtenir une descendance atteinte, c'est-à-dire malade, alors qu’un peu plus de soins dans la reproduction aurait pu l’éviter !

 

Les chiens porteurs sains de L-2-HGA ou HC ne méritent aucunement l’ostracisme qui les touche actuellement !

 

Ces chiens sont absolument normaux et ne développeront jamais la maladie, simplement ils risquent, s’ils sont accouplés avec un autre porteur d’avoir certains descendants qui développeront la maladie.

 

Bien sûr il ne faudra utiliser que des chiens qui méritent de reproduire parce que hormis ce risque ils ont des caractéristiques physiques et mentales qui ont de fortes chances d’améliorer la race par ailleurs !

 

Il existe des chiens reproduisant régulièrement qui n’ont aucun intérêt en reproduction et qui ne sont utilisés QUE par facilité ou simplement parce qu’ils ne sont pas porteurs des défauts précédemment cités !

 

Ces chiens peuvent être dangereux pour la race car ils dénaturent les qualités physiques ou mentales de la race dans leur descendance, si leur recours devenait trop important au détriment des porteurs sains, à terme, ils dénatureraient la race de telle manière qu’on ne la reconnaîtrait plus, on aurait perdu la race en essayant de la sauver de quelques maladies génétiques qu’on peut très bien éviter si on fait un tant soit peu d’attention !

 

Donc dans la mesure où le but de l’élevage d’une race est de produire des chiens non malades tout en préservant l’aspect et le caractère spécifique de la race, il n’y a pas lieu de retirer les chiens porteurs de L-2-HGA et HC de la reproduction SI ces chiens sont par ailleurs typiques et non atteints d’autres tares graves qui pourraient les disqualifier comme reproducteurs à ce titre !

 

Je préfère de loin un porteur sain typique de la race à un chien plein de défauts de standard indemne !

 

Bien sûr il ne faut pas utiliser de chiens atteints (malades) car le risque de dispersion de la tare est trop grand !

 

Dans ce cadre là, il vaut mieux éliminer de la reproduction les chiens atteints de la dysplasie de la hanche (par exemple) car on a à faire à des chiens atteints (donc malades), de plus le mode de transmission de cette anomalie est complexe, aucun test fiable n’existe pour détecter les porteurs sains et les utiliser revient à travailler à l’aveugle !